Présentation du sambo

Les valeurs et la culture

Le sambo (du russe : Самбо) provient d’une contraction de Samozashchita bez oruzhija (russe : Самозащитабез оружия) et signifie littéralement autodéfense sans arme.

Cette technique de combat est le résultat d’un travail de collaboration entre Viktor Afanasevich Spiridonov, vétéran de la guerre russo-japonaise de 1905, Vasily Sergeevich Oshchepkov, militaire et pionnier du judo soviétique dans les années 1910, et Anatoly Arkadevich Kharlampiev, ancien élève d’Oshchepkov et auteur de livres très prolifiques sur le sambo.

Dès sa création, le sambo est repris par les militaires de l’époque. Son développement spécifique pour les militaires s’effectue sous la supervision de l’Armée rouge tout en conservant un développement parallèle en tant que discipline sportive ouverte au public.

Aujourd'hui, le sambo (sport de combat), est géré au niveau mondial par deux fédérations une (Fédérétion Mondiale Combat Sambo) (F M C M ) localisée à Moscou : la Fédération internationale amateur de sambo (FIAS). La première compétition de sambo sportif s’est déroulée en URSS, le 16 novembre 1938, à l'occasion d'un tournoi de lutte libre sur une proposition d’Anatoly Arkadevich Kharlampiev. Le premier championnat d'URSS s’est tenu en 1939.

Les techniques de sambo sont très nombreuses (plus de 5 000 prises) et entrent dans trois grandes catégories : les projections, les contrôles articulaires et les immobilisations. Il est rare que les combats de six minutes qui se pratiquent en compétition arrivent à terme en raison de la limite de temps. Généralement, l'un des deux combattants parvient en effet à prendre l'avantage sur son adversaire. Le sambo se distingue particulièrement au niveau de ses projections très spectaculaires, dites à l’arrachée, et également au niveau de ses clefs de jambes.

Les combats se disputent sur un tapis de Sambo, sous le contrôle d'un arbitre, d'un juge et d'un chef de tapis. Les samboïstes sont vêtus d'une veste étroite, la Kurtka (en) (« veste » en russe), rouge ou bleue, fermée par une ceinture de couleur identique (la ceinture noire est aussi acceptée). Un short (bleu ou rouge assorti à la veste), appelé Trusi, et des chaussures de cuir souple appelées Sambofki, complètent l'équipement des combattants. Pour le cas du sambo de combat, les combattants sont équipés de gants « coupés ».

Les disciplines

Le sambo se divise en trois formes de pratiques et possèdent toutes leurs particularités propres :

Sambo sportif - "Borba Sambo" (russe : Борьба Самбо)1 : projections et combat au sol ;

Sambo combat - "Boevoe Sambo" (russe : Боевое Самбо)2 : percussions, projections, pieds-poings, combat au sol, étranglements, clefs de soumission autorisées; protège-dents, coquille, gants sont alors de rigueur ; est parfois associée au "Sambo Militaire" (russe : Комбат Самбо).

Sambo sélf-défense systema 3, "Combat Sambo Spetsnaz" (russe : Комбат Самбо Спецназ)4 et "Samoz"(russe : Самоз) : technique d’autodéfense mélangeant toutes les techniques d'arts martiaux existants, se pratique en pantalon à la place du short. Cette approche est très souvent associée au "sambo militaire"(russe : Комбат Самбо)5.

 

Parmi les pratiquants célèbres de sambo, il convient de nommer : Oleg Taktarov, Vladimir Poutine, Andrei Arlovski, Sergueï Kharitonov, Fedor Emelianenko et son frère Aleksander Emelianenko.